Livraison par coursier à Paris, via Chronopost dans toute la France, et possible en retrait à l’atelier.

Julie et Valentin

12 oct 2022

Julie et Valentin

Bonjour Julie et Valentin, pouvez-vous vous présenter brièvement et nous en dire un petit peu plus sur votre métier, pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas encore ? Julie Brossard : Nous sommes Julie et Valentin Brossard, producteurs de fleurs coupées. Nous avons une entreprise familiale qui a été créée en 1956 à Ollainville (91) par les grands-parents de Valentin, repris ensuite par ses parents puis par nos soins en 2013. Ses grands-parents se sont véritablement fait connaître avec une monoculture, celle du muflier dont ils produisaient plus d’un million de tiges par an. Ils cultivaient leur propres graines et retravaillaient leur variétés pour les faire évoluer. Puis les parents de Valentin ont repris la main et ont développé en parallèle le pois de senteur et les sapins que nous avons également poursuivi tout comme les lisianthus, le muguet, les dahlias et les mufliers à nouveau.

Quelle est la partie de votre métier que vous préférez ? J.B. : Pour moi c’est la polyvalence du métier. Je ne suis pas dans un bureau de 9 à 18h, les journées ne se ressemblent pas selon la période de l’année. C’est une vraie liberté et c’est appréciable.Valentin Brossard : De mon côté j’aime le fait de sélectionner moi-même les graines pour les futures plantations et de faire évoluer les plans pour améliorer une couleur, une hauteur, etc. L’autre partie que je préfère c’est la récolte, c’est toujours agréable de pouvoir apprécier le fruit de son travail tant en quantité qu’en qualité. 

Selon vous, quels sont les inconvénients et/ou les parties difficiles du métier d’horticulteur ? J.B./V.B. : La météo ! Le climat est très dur à gérer en fonction des saisons et ça ne va pas en s’améliorant.V.B. : Les facteurs externes (comme les manifestations, le covid, les crises politiques, etc) peuvent également nous poser des problèmes car on ne peut pas les anticiper et programmer au mieux nos productions. En somme, les principaux problèmes résident dans l’imprévu.

Quel profil et quelles qualités sont nécessaires pour se lancer dans la production florale et quel(s) conseil(s) pourriez-vous donner à quelqu’un qui veut se lancer ? J.B./V.B. : Il faut vraiment être passionné par ce métier et par ce qu’on produit car c’est beaucoup de travail.J.B. : Je pense que c’est assez dur de se lancer dans ce milieu, il faut être prêt à donner de son temps. Il faut aussi bien avoir la réalité en fasse, être producteur c’est se lever la nuit en hiver pour vérifier que la chaudière fonctionne, veiller sur les plans constamment, savoir réagir au moindre problème.V.B. : C’est aussi un métier très physique, en particulier par les fortes chaleurs sous les serres, et il faut en être conscient et être prêt pour ça. Je dirais aussi que c’est important de bien voir autour ce qui se fait déjà, bien se renseigner auprès de gens déjà expérimentés et avoir en tête que les premières années où on se lance on n’a plus trop de vie sociale car on donne tout à la production. Il vaut mieux se focaliser sur une variété spécifique et en faire une beau produit et ne pas s’éparpiller dans un premier temps. C’est un métier où si l’on fait les choses à moitié on n’y arrive pas.

Avez-vous un message que vous aimeriez faire passer aux clients ? V.B. : Les fleurs qui sont produites dans le bassin parisien ont vraiment un atout : elles ont une fraicheur incroyable ! On coupe aujourd’hui, c’est dans votre boutique demain matin. Donc si je peux donner un conseil aux clients c’est vraiment de favoriser les fleurs françaises et les plus locales possible pour avoir des fleurs fraiches et durables. Et bien sur favoriser les fleurs de saison !

Quelle est votre fleur préférée ? V.B. : Sans aucun doute le pois de senteur, c’est historique chez nous. On le maîtrise de A à Z, on fait nos propres variétés, nos propres couleurs donc c’est notre petit bijou.

Est-ce qu’il y a une fleur que vous aimeriez produire un jour ? V.B. : J’en essaye de nouvelles chaque année et il y aura peut-être deux petites surprises qui arriveront en octobre mais je ne peux pas encore en dire plus… Si ça se fait, ce sera des variétés un peu uniques et ce n’est pas une grande fleur, c’est tout petit… Rendez-vous à la rentrée pour en savoir plus !

Un grand merci à Julie et Valentin d’avoir répondu à nos questions sur leur métier incroyable. 

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à nous en faire part et à suivre Julie et Valentin sur leur compte Instagram (lien) https://www.instagram.com/brossard_fleurs/

Retrouvez toute notre sélection de plantes mais aussi de fleurs coupées et séchées, dans nos deux boutiques du 9e arrondissement, aux 53 rue Notre-Dame de Lorette et 66 rue Condorcet. 

Notre équipe d’artisans fleuristes vous accueille 7/7j de 9h30 à 20h30 pour vous fleurir la vie ! 

A très bientôt chez Olivier Fleuriste Suivez nos aventures & toute notre actualité sur Instagram

Contactez-nous